Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/36/d206324349/htdocs/site_org1G/config/ecran_securite.php on line 180
Luttes ouvrières des années 1970-1980 - Matière et Révolution
English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 04 - HISTOIRE CONTEMPORAINE- CONTEMPORARY HISTORY > 15- Pologne-Turquie-Corée : luttes ouvrières années 70-80 > Luttes ouvrières des années 1970-1980

Luttes ouvrières des années 1970-1980

mardi 28 septembre 2010

2 Messages de forum

  • Luttes ouvrières des années 1970-1980 11 décembre 2015 18:59

    Depuis sa victoire électorale du 25 octobre, le parti droitier Droit et Justice (PiS) n’a pas perdu de temps. Il s’efforce de concentrer entre ses mains, au moyen d’un coup d’Etat constitutionnel, tous les leviers du pouvoir d’Etat. A l’image du parti Fidesz de Viktor Orban en Hongrie, le PiS cherche à consolider son pouvoir avec l’appui du pouvoir judiciaire, des agences de renseignement et la collaboration des médias.

    Deux jours à peine après l’investiture de la premier ministre, Beata Szydlo, les chefs des quatre agences de renseignement furent convoqués à une réunion. Etait également présent Jaroslaw Kaczynski, l’homme fort du PiS qui dirige le parti de façon autocratique. Le soir même, les quatre généraux démissionnaient « de leur plein gré. »

    Le nouveau personnage principal des agences de renseignement est Mariusz Kaminski, un proche allié de Kaczynski. Au nouveau gouvernement il est ministre en charge de la Coordination des activités entre les deux services de renseignement civils et les deux services de renseignement militaires.

    Lorsque Kaczynski était à la tête du gouvernement, de 2006 à 2007, Kaminski avait élargi le bureau anti-corruption CBA pour en faire une cinquième agence de renseignement. Il avait alors agi de manière si outrancière en enfreignant la loi qu’il écopa en mars 2015 d’une peine de prison de trois ans et d’une interdiction d’exercer un mandat public pendant dix ans.

    Bien que la confirmation de la décision soit en suspens, le président Andrzej Duda l’a gracié pour qu’il puisse prendre ses nouvelles fonctions. Duda, qui est aussi membre du PiS, fut élu président en mai. Il est considéré être la marionnette de Kaczynski et, selon des commentaires des médias, les deux hommes se rencontrent tous les soirs pour une séance d’information.

    Selon l’ancien président de la Cour constitutionnelle, Andrzej Zoll, la grâce accordée à Duda représentait une transgression des compétences constitutionnelles. La grâce est un moyen humanitaire et n’est pas destiné à éviter des poursuites judiciaires à l’encontre de collègues de parti, a dit Zoll. Duda l’a justifiée en prétendant que sa condamnation avait été politiquement motivée.

    Dans un second temps, le PiS a exclu les partis d’opposition d’un contrôle des services secrets en faisant passer le nombre des membres de la commission parlementaire de neuf à sept et en abolissant la présidence rotative entre gouvernement et opposition. C’est ainsi que seules des personnes de confiance du PiS dirigeront et contrôleront les services secrets.

    Parallèlement, le PiS tente de contrôler la Cour constitutionnelle qui vérifie la constitutionnalité des lois. Lors d’une séance parlementaire, le PiS a fait passer en hâte une loi invalidant l’élection par le parlement précédant de cinq juges constitutionnels. Ainsi furent créées les conditions pour donner à la cour, qui compte 15 membres, une majorité pro-PiS.

    Répondre à ce message

  • Luttes ouvrières des années 1970-1980 20 décembre 2015 08:38

    Des dizaines de milliers de Polonais sont descendus samedi dans la rue pour participer aux manifestations organisées par le Comité de défense de la démocratie (KOD). Une manifestation de masse se tient notamment devant le siège du parlement à Varsovie. Selon la mairie, près de 13.000 personnes sont descendues dans la rue pour défendre la démocratie qu’ils estiment menacée par les conservateurs de Jaroslaw Kaczynski, au pouvoir depuis plus d’un mois. Munis de drapeaux de la Pologne et de l’Union européenne, les manifestants protestent contre la violation de la Constitution et les tentatives de limiter leurs libertés et droits fondamentaux. Des manifestations ont également lieu à Lublin, Gdansk, Poznan, Wrocław, Łódź, Katowice, Białystok, Częstochowa. Plusieurs milliers de manifestants scandaient "Défendons la démocratie !", "Défendons la Constitution !", "Bas les pattes du Tribunal constitutionnel !", "Non au pouvoir du PiS !" (PiS, Prawo i Sprawiedliwość (Droit et justice) est le parti conservateur au pouvoir de Jaroslaw Kaczyński).

    C’est le deuxième samedi consécutif que les Polonais protestent contre la politique des nouvelles autorités polonaises. Revenu au pouvoir suite aux législatives du 25 octobre, le parti ultraconservateur et eurosceptique Droit et justice a formé un gouvernement dirigé par Beata Szydlo. Le peuple polonais est mécontent des décisions politiques prises par le nouveau cabinet. Le pays est en pleine crise politique en raison notamment de la nomination des juges du Tribunal constitutionnel. La nomination par le PiS de cinq juges proches de ses positions, a suscité une vague de critiques de l’opposition, de médias et de citoyens.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0