Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/36/d206324349/htdocs/site_org1G/config/ecran_securite.php on line 180
Invitation au voyage au pays des révolutions - Matière et Révolution
English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 01 - PHILOSOPHIE - PHILOSOPHY > Chapter 01 : A little trip in the region of revolution ? Petit voyage au (...) > Invitation au voyage au pays des révolutions

Invitation au voyage au pays des révolutions

dimanche 11 mars 2012, par Robert Paris

Voyage au pays des révolutions

Que diriez-vous de vous embarquer pour un parcours philosophique dans le monde du changement radical ? Voilà une balade qui n’aura rien d’ennuyeux ni de monotone, si le narrateur parvient à rapporter toute la variété de ses paysages. Notre cheminement traversera en tous sens le territoire des sciences, de l’histoire, de l’économie et de la politique. Ne vous inquiétez pas si vous n’avez pas de bagage dans ces domaines : il n’existe pas de prêt à penser pour ce type d’itinéraire. Le trajet n’est pas plus tranquille qu’une sortie en mer sur des flots déchaînés. On s’y promène sur un plateau à l’allure tranquille et, d’un seul coup, on dégringole au fond des précipices les plus impressionnants. On s’allonge sur une paisible prairie herbagée, et on est brutalement au centre d’un volcan en éruption. Une montagne comme les Andes, qui semble inchangée depuis des temps immémoriaux, s’élève insensiblement sous nos pas du fait des mouvements brusques de l’écorce terrestre. Le sol, apparemment immobile, devient brutalement instable, et bouge par à-coups, par tremblements de terre. Un océan apparemment calme est soudain soulevé par un tsunami causé par un redressement d’une plaque continentale bloquée par sa voisine, provoquant en quelques secondes, un choc équivalent à l’énergie de 500 mégatonnes de TNT, soit l’équivalent de 30.000 bombes d’Hiroshima, et soulevant 30 kilomètres cube d’eau. Dans les profondeurs de ces océans, l’écorce est loin d’être calme. On trouve sous les eaux les trois quarts des volcans de la planète et les éruptions les plus violentes ont lieu sous des tonnes d’eau. Certaines dorsales, ces chaînes de montagne enfouies dans les océans, subissant plusieurs dizaines de milliers de tremblements de terre par an. En arrivant brutalement en surface, le magma provoque des effets cataclysmiques. Dans les profondeurs se développent de grandes bulles de gaz, qui parviennent brutalement en surface. Une île volcanique peut apparaître ou disparaître brutalement au milieu d’un océan. Une pente de neige éclatante de soleil s’emballe et se transforme, suite à une action infime, en un mouvement de dévastation déchaîné, détruisant tout sur son passage. D’un seul coup, un matériau passe d’un état non magnétique à un état magnétique, d’un état solide au liquide, d’un état normal à un état supraconducteur. Un flocon de neige change de type de structure. Un noyau atomique se décompose, brusquement et de manière imprédictible, en noyaux plus légers et émet du rayonnement radioactif. Un atome (ou une particule) émet un photon, de manière aussi brutale qu’inattendue. Une cellule vivante se divise tout à coup (méiose), de façon imprédictible. Une synapse neuronale se décharge violemment. Avec l’instabilité de ses couches de neige, une avalanche se déclenche de façon violente et inattendue. Le climat nous réserve des chocs du même type : cyclones et tempêtes. Périodes de glaciation et de réchauffement s’enchaînent, brutalement, sans nous permettre de les prédire. Elles sont aussi inattendues que radicales dans leur temps d’action et dans l’ampleur de leur transformation. A notre échelle aussi, la météo nous réserve ses surprises, aussi brutales que violentes, déchaînant ici une tempête inattendue ou précipitant brutalement là des tonnes d’eau ou de glace sur l’observateur étonné. Une vague de froid se propage au cœur de l’été. Au beau milieu de la chaleur du désert, un orage inonde l’oued et noie ses occupants. Dans un liquide où un sel est dissous, le sel cristallise. L’instant est à chaque fois inattendu. L’événement est brutal. Nul ne peut le prédire exactement, ni le moment de son déclenchement, ni son ampleur. L’intervalle entre deux chocs change sans cesse et on ne peut mettre en évidence qu’une probabilité moyenne. Présenter le phénomène comme le produit d’une action régulière, d’une évolution progressive, ne peut donner l’idée du processus qui, lui, est discontinu. Le changement est qualitatif. Il n’y a même pas passage du continu au discontinu, contrairement à ce que les mesures quantitatives laissent parfois croire, mais des sauts de petite ampleur suivis d’un saut de plus grande ampleur. Ces « effets de pointe » se rencontrent dans tous les domaines : de la lutte sociale aux cours de la bourse, des bifurcations du vivant aux modifications des états de la matière. Une quantité de petites discontinuités en tous sens deviennent brutalement cohérentes, entrent en résonance, et produisent une discontinuité à grande échelle. La résonance, qui fonde un très grand nombre de phénomènes d’interaction, est reliée aux corrélations, inattendues, des rythmes des phénomènes d’avantage qu’à leurs attributs physiques. C’est ainsi que sont reliés le photon lumineux et la matière (atome ou particule), la matière et le vide, le corps et le cerveau, les réseaux neuronaux et les événements mentaux. Les systèmes et les lois concernés par la résonance ont une particularité soulignée par le grand physicien Poincaré : la possibilité de sauter, brutalement et de manière inattendue, d’une structure à une autre, complètement nouvelle.

Lire ici la suite

8 Messages de forum

  • Invitation au voyage au pays des révolutions 17 mai 2016 06:41, par R.P.

    L’astrophysicien André Brahic, récemment décédé, raconte dans « La plus belle histoire de la terre » toute la violence contenue dans cet apparence de tranquillité et de stabilité qui amenait les peuples de l’Antiquité à considérer le ciel comme ce qui est fixe : « Nous levons le nez de temps à autre pour contempler un ciel provisoire que nous croyons immuable ! Que de violence, d’astres explosés, d’énergies phénoménales dépensées (...) L’univers semble immuable, alors qu’il est extrêmement violent et agité. De gigantesques bouffées de gaz sont expulsées lors d’éruptions colossales, des étoiles explosent, des astres entrent en collision, des galaxies se heurtent. Ainsi, la Voie Lactée est en train d’avaler le Grand Nuage de Magellan (...). »

    Répondre à ce message

  • « La révolution ne surgit pas de toute situation révolutionnaire, mais seulement dans le cas où, à tous les changements objectifs énumérés, vient s’ajouter un changement subjectif, à savoir : la capacité, en ce qui concerne la classe révolutionnaire, de mener des actions de masse assez vigoureuses pour briser complètement l’ancien gouvernement, qui ne tombera jamais, même à l’époque des crises, si on ne le fait choir. »

    Lénine

    Répondre à ce message

  • « Le pouce du panda » de Stephen Jay Gould :

    « L’histoire de la terre peut être schématiquement perçue comme une série de pulsations occasionnelles forçant les systèmes récalcitrants à passer d’un stade stable au suivant. »

    Répondre à ce message

  • Invitation au voyage au pays des révolutions 15 octobre 2019 14:37, par JFP/Jean-François POULIQUEN.

    JFP¦¦15102019¦¦Nous nous sommes aventurer sur des terres inconnues, rien que par le titre de l’article, mais l’homme est curieux de tout, même si il peut y avoir danger. Pourquoi aller toujours voir ailleurs Ɂ Et bien cela fait sûrement parti de nos gènes, et c’est bien là les différences entre les animaux et nous, car ce que l’on a, ne nous suffit pas, car cela reste de la simple curiosité que les animaux n’ont pas. Alors même si la terre bouge, même si les flots sont agités, c’est d’aller voir ne sachant pourquoi avoir cette curiosité. Dans le titre même qui est [Invitation au voyage au pays des révolutions], il y a voyage comme pays et aussi invitation, et rien que ces 3 mots sont plus fort que le mot révolution, car voyage est bien le fait d’aller ailleurs comme si cela était un besoin ancestral, le mot pays sous entend des terres inconnues sans pour autant que cela soit de vrais pays, car ce mot est pris au sens large, et invitation n’est que de la courtoisie mais aussi une incitation. Reste alors révolution, mais qu’est-ce qu’une ou des révolutions Ɂ
    ▬Vous¦¦[On trouve sous les eaux les trois quarts des volcans de la planète et les éruptions les plus violentes ont lieu sous des tonnes d’eau.]
    ▬Nous¦¦Nous pensons savoir que les 2/3 de la planète sont recouvert par les océans, et ne reste donc que 1/3 de terre de cette surface de planète. Si les 3/4 des volcans sont dans les océans ne reste alors qu’un 1/3 sur la terre ferme. Pour faire joujou avec les fractions même idiotes, le dénominateur commun est donc 3×4=12, et donc que 9/12 des volcans au fonds des océans et 3/12 des volcans sur terre ferme, et en réduisant 3/4 de volcans au fond des océans et 1/4 de volcans sur la terre ferme, donc dénominateur commun inutile. Mais ceci est faux, car les proportions d’océans et de terres ne sont pas données, et donc qu’il faut bien utiliser le dénominateur 12 et non 3. Donc 9/12 pour les océans et 3/12 pour la terre ferme, et comme les océans sont 2 fois plus grands que la terre ferme, nous aurions un rapport pour une même surface de4,5/12 et 3/12, sachant que les douzième ne servent plus à rien, on aurait donc en multipliant par deux pour avoir des nombres entiers 9 volcans pour les océans contre 6 volcans sur terre, et en réduisant 3 volcans océans contre 2 volcans terre. La question est pourquoi avoir plus de volcans en fond des océans et seulement 2 volcans sur terre pour une même surface océan/terre Ɂ Est-ce que le fait d’être plus proche du centre de la terre, le volcanisme s’en trouve augmenté dans le cas les océans Ɂ Est-ce que la constitution de la couverture du fond des océans est moins dure que celle sur terre Ɂ
    ▬En allant jusqu’au bout de l’article qui est assez court, de belles phrases poétiques pour définir l’enchaînement des catastrophes lié à la nature où l’infiniment petit commande plus ou moins le grand au niveau de grandes structures, mais pas un soupçons de révolution ‼‼ Sauf que ces catastrophes naturelles ont des effets sur le comportement social comme sur l’économie et donc sur les peuples. Mais nous n’avons pas lu de révolution comme on pouvait s’y attendre, et nous avons un sentiment curieux d’avoir osé faire un pas sur un article où on pensait que l’on parlerai de la révolution des hommes. Le titre court est beau comme aussi le corps de l’article, mais il y a comme un décalage entre ces deux éléments. C’est curieux d’autant que nous pensions faire un pas sur ces révolutions humaines. En tous cas reste des questionnements à savoir pourquoi pour une même surface il y a plus de volcans sous l’eau que sur l’eau. Une autre question nous vient qui est¦¦Est-ce que ces catastrophes naturelles font changer le comportement des hommes Ɂ Ces hommes sont-ils plus sages ou plus révolutionnaires après des catastrophes naturelles Ɂ Question mal formulée car on peut être sage et révolutionnaire... Nous pensons comprendre que la révolution dont il s’agit est celle de l’évolution par cassures et par ruptures, et donc une évolution par paliers par le biais des révolutions climatiques et des bouleversements naturels sans savoir si ils sont cycliques pour autant, car on ne peut rien prédire venant de haut comme du bas, comme du grand ou du petit...
    ▬Les jumeaux JFP/Jean-François POULIQUEN

    Répondre à ce message

  • Invitation au voyage au pays des révolutions 16 octobre 2019 09:13, par Robert Paris

    La géologie et les révolutions de la Terre :

    lire ici

    Répondre à ce message

  • Invitation au voyage au pays des révolutions 16 octobre 2019 10:13, par Robert Paris

    Au fait, qu’est-ce que la révolution ?

    lire ici

    Répondre à ce message

  • Invitation au voyage au pays des révolutions 16 octobre 2019 10:38, par JFP/Jean-François POULIQUEN.

    JFP¦¦16102019¦¦Un train peut en cacher un autre, et bien cet article en cache un autre, et nous allons lire ce dernier beaucoup plus volumineux et parlant du même sujet qui est aussi une¦¦invitation au voyage au pays des révolutions. Maintenant est-ce que ces révolutions seront toujours celles de la nature Ɂ Est-ce que les tempêtes, les ouragans, les tsunamis et pour faire court, toutes les catastrophes de ces gigantismes de la nature seront présentes Ɂ Ce qui est bien avec MOSHE c’est que le moche n’est pas bien. Un MOSHE en avance sur son temps et même sur l’article... Nous allons donc éplucher ce nouvel article mais aussi les commentaires qui sont parfois des doubles articles et même plus...
    ▬Merci pour les renvois sur ce que peut être les révolutions sur la géologie comme celle de la terre et aussi sur cet article conseillé parlant de révolution. Pour nous la révolution n’avait que deux sens, qui est celle des hommes, et des objets célestes tournant autour d’autres objet célestes plus massifs, et les autres sens nous sont inconnus. Avant d’aller lire vos articles par les renvois que vous nous conseillez, l’article que nous avons trouvé sur votre site est celui lদ
    https://www.matierevolution.fr/spip...
    ▬Les jumeaux JFP/Jean-François POULIQUEN

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0