Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/36/d206324349/htdocs/site_org1G/config/ecran_securite.php on line 180
Le point de vue de Bernard d’Espagnat sur la physique et la philosophie - Matière et Révolution
English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 01 - PHILOSOPHIE - PHILOSOPHY > Chapter 02 : Is matter a suject of philosophy ? Matière à philosopher (...) > Le point de vue de Bernard d’Espagnat sur la physique et la philosophie

Le point de vue de Bernard d’Espagnat sur la physique et la philosophie

dimanche 29 novembre 2015, par Robert Paris

Le point de vue de Bernard d’Espagnat sur la physique et la philosophie

Bernard d’Espagnat est un des physiciens quantiques qui a développé une philosophie à partir des mystères et des contradictions (apparentes ou réelles) de la physique quantique. Il n’est pas indéterministe comme Heisenberg, pas dualiste comme Bohr, pas aussi idéaliste, anti-matérialiste, irréaliste, mystique religieux, subjectiviste, positiviste, solipsiste, conception transcendentale ou pure mathématique que certains autres physiciens quantiques. Il propose une conception à mi-chemin de l’idéalisme et du matérialisme, celle du « réel voilé » afin de réintégrer la conscience dans la matière.

Bernard D’Espagnat :

« Supposons (ce qui est peut-être vrai, je n’en sais rien : je dis donc « supposons ») que l’existence de cristaux de neige aussi étonnants — en variété, en complexité, en beauté etc. — que ceux qui se forment sous nos yeux ne soit concevable que moyennant un réglage extrêmement fin, donc, à première vue, fort improbable, des constantes, niveaux d’énergie etc. qui interviennent dans la structure de l’eau. Si la chose était prouvée, dirions-nous pour autant qu’il y a un « principe cristallique » ? Émettrions-nous la conjecture que l’Univers a été créé peu ou prou dans le but que les cristaux de neige soient aussi complexes et beaux qu’ils le sont ? »

Etienne Klein et Bernard d’Espagnat rajoutaient dans "Regards sur la matière" :

« Le quantum, nous le verrons, a une valeur minuscule, mais l’idée du quantum est devenue aussi incontournable qu’un mastodonte. C’est bien la preuve qu’on peut être à la fois fantomatique et esssentiel. Vérité des paradoxes, arguait déjà Zénon d’Elée. »

Bernard d’Espagnat dans"Regards sur la matière" :

« Si nous nous tournons du côté de la théorie des particules dites élémentaires, nous y trouverons quelque chose d’encore plus frappant : c’est le phénomène de création et d’annihilation (...) le mouvement se trouve transformé en objet. Nous prenons deux protons. ils ont chacun un certain mouvement, une certaine vitesse, donc une certaine énergie. Nous les faisons se rencontrer, puis ils se séparent de nouveau. Nous avons toujours les deux protons, mais le mouvement de ces deux protons a été en partie transformé. On a vu apparaître d’autres particules qui ont été "créées" par ce mouvement. (...) Cela, c’est quelque chose qui dépasse tout à fait nos concepts familiers. En effet, dans l’attirail de nos concepts familiers, il y a d’une part les objets, d’autre part les propriétés de ces objets, comme la position, le mouvement, etc ; et, normalement, ce sont là deux catégories qui ne se transforment pas l’une dans l’autre. »

Bernard D’Espagnat et Etienne Klein dans « Regards sur la matière » :

« Le grand public prend conscience que les lois de l’atome ont mordu sur les notions classiques ; les visions simplifiantes sont lentement abandonnées (…) Bref, on prend conscience qu’à cause des physiciens, il s’est passé des choses graves autour de l’idée même de « chose ». (…) Chaque collision devrait être, pour les atomes qui y participent, un grand chambardement. C’est du moins ce qu’on pressent si les lois de la physique classique restent exactes à cette extrémité du réel, c’est-à-dire au niveau atomique. Or, ce n’est pas ce qu’on constate ! Après chaque choc, les atomes émergent tels qu’ils étaient avant leur rencontre, rétablis dans leur forme première. De même, quand on chauffe les atomes, ou quand on les bombarde avec des projectiles dont l’énergie n’est pas trop forte, ils ne subissent aucune modification. Les atomes ne s’usent ni ne s’abîment. (…) Comment expliquer aussi l’identité des atomes d’une matière donnée ? (…) Tous les événements auxquels chaque atome a pris part devraient avoir laissé des traces sur sa structure. Du coup, la probabilité de trouver deux atomes strictement identiques, c’est-à-dire avec les mêmes dimensions et la même forme, devrait être ridiculement faible. Tous ces faits restent sans explication dans le cadre de la physique traditionnelle. (…) Avant l’irruption de la constante de Planck, la majorité des physiciens, tout comme l’homme de la rue, considérant une particule de matière supposée isolée des autres, n’hésitaient pas à lui attribuer des caractéristiques individuelles bien définies telles que position, vitesse ou tout autre propriété interne. Que ces caractéristiques fussent connues ou inconnues, peu leur importait. Ils étaient convaincus que ces propriétés étaient bien celles de la particule (…) La particule, avec toutes ses propriétés était donc une « chose » en soi. (…) Comme on a commencé à le voir, la mécanique quantique ne s’accorde pas bien à cette vision des choses. (…) Prenons la biologie moléculaire, par exemple. Son concept fondamental est, comme son nom l’indique, celui de molécule. Et les molécules, elle nous les décrit comme des espèces d’objets solides qui ont des formes, qui s’accrochent les uns aux autres, et dont certains servent de moule pour en fabriquer d’autres, comme dans les phénomènes de réplication de l’ADN. Elle nous fait savoir que ces molécules que ces molécules sont elles-mêmes constitués d’objets plus petits, les atomes, qui, en elle, sont chacun bien localisés en raison des forces qui les lient. (…) Notre homme ayant également entendu dire que les atomes eux-mêmes sont à leur tour composés d’objets plus petits (noyaux, électrons, etc), il pensera que la réalité ultime c’est cela. Entendons : un monde de petits objets localisés, liés par des forces, et dont l’assemblage rappelle le principe d’un jeu de meccano. Il pensera que, même si elle est un peu décevante, cette conception mécaniste (ou « mécaniciste ») du monde est celle qui, en fin de compte, s’est imposée. (…) Bien au contraire, la physique contemporaine, et plus précisément la physique quantique, jette à bas le mécanicisme. (…) Si, maintenant, nous nous tournons du côté de la théorie des particules dites élémentaires, nous y trouvons quelque chose d’encore plus frappant : c’est le phénomène de création et d’annihilation. (…) Dans ce phénomène, l mouvement se trouve transformé en objet. Nous prenons deux protons. Ils ont chacun un certain mouvement, une certaine vitesse, donc une certaine énergie. Nous les faisons se rencontrer, puis ils se séparent de nouveau. Nous avons toujours les deux protons, mais le mouvement de ces protons a été en partie transformé. On a vu apparaître d’autres particules qui ont été « créées » par ce mouvement. Or, un mouvement, c’est une propriété des objets, et il y a là par conséquent transformation d’une propriété d’objet en objet. Cela, c’est quelque chose qui dépasse tout à fait nos concepts familiers. En effet, dans l’attirail de nos concepts familiers, il y a d’une part les objets, d’autre part les propriétés de ces objets, comme la position, le mouvement, etc ; et, normalement, ce sont là deux catégories qui ne se transforment pas l’une dans l’autre. (…) La deuxième idée de base de la physique mécaniciste (idée que la physique classique avait reprise) peut être appelée l’idée de divisibilité par la pensée. C’est l’idée selon laquelle, à supposer que l’on connaisse les lois physiques, les forces liant les différents objets les uns aux autres, etc, si de plus on connaît de façon exacte l’ensemble des parties d’un système, on connaît de ce fait le système tout entier. (…) Dans la pensée mécaniciste, et plus généralement en physique classique, le tout n’est finalement pas plus que la somme de ses parties. (…) E = mc² : aucun formule de physique n’a certainement jamais atteint le cent millième de la notoriété de celle-là. (…) La formule implique cette surprenante possibilité d’une transformation de matière en « propriétés de matière » à laquelle nous avons déjà fait allusion. (…) Et c’est bien effectivement une telle « alchimie » qui se produit lors des transmutations d’atomes qui, dans les réacteurs, servent à produire de l’électricité. Là, les noyaux d’uranium se scindent en deux gros morceaux et plusieurs petits, et la somme des masses des produits de cette « fission » est moindre que la masse du noyau initial. La différence se retrouve sous forme d’énergie, mais « quantité de matière », au sens habituel du mot, apparaît comme non conservée. (…) La physique prérelativiste s’inspirait largement d’une vision « chosiste » du monde. Deux notions, matière et champs (champs électrique, champs de forces, …) la dominaient. (…) Une telle vision exalte le statique relativement au dynamique. Dans cette conception, en effet, même le mouvement n’est qu’une qualité – après tout secondaire et transitoire, - d’une « chose » localisée, douée, elle, de permanence. L’avènement de la relativité et des quanta devait modifier cette hiérarchie. Ainsi, en relativité, le mot-clef n’est plus le mot « chose ». le mot clé est le terme, dynamique par excellence, d’ « événement ». (…) L’apparition de la physique quantique devait rendre obsolète l’idée même de chose. (…) Il entre dans notre idée même de chose non seulement qu’une « chose » a à tout moment une position, une vitesse, une forme déterminées, mais aussi qu’une « partie de chose » est elle-même une chose, et, ainsi de suite, jusqu’aux extrêmes de petitesse. Il faudrait par conséquent qu’un atome, un électron, un quark soient de telles choses, soient donc pensables eux aussi comme ayant de tels attributs, autrement dit soient eux-mêmes des objets classiques, ce que nie la thèse de départ et contredit les faits eux-mêmes. (…) Qu’il soit caillou, neurone, atome ou quark, l’objet » n’est certainement pas l’être, comme Ferdinand Alquié l’a si bien dit. »

Bernard d’Espagnat dans "Regards sur la matière" :

« Si nous nous tournons du côté de la théorie des particules dites élémentaires, nous y trouverons quelque chose d’encore plus frappant : c’est le phénomène de création et d’annihilation (...) le mouvement se trouve transformé en objet. Nous prenons deux protons. ils ont chacun un certain mouvement, une certaine vitesse, donc une certaine énergie. Nous les faisons se rencontrer, puis ils se séparent de nouveau. Nous avons toujours les deux protons, mais le mouvement de ces deux protons a été en partie transformé. On a vu apparaître d’autres particules qui ont été "créées" par ce mouvement. (...) Cela, c’est quelque chose qui dépasse tout à fait nos concepts familiers. En effet, dans l’attirail de nos concepts familiers, il y a d’une part les objets, d’autre part les propriétés de ces objets, comme la position, le mouvement, etc ; et, normalement, ce sont là deux catégories qui ne se transforment pas l’une dans l’autre. (...) La physique prérelativiste s’inspirait largement d’une vision "chosiste" du monde. Deux notions, matière et champs la dominaient. Encore les champs furent-ils longtemps compris comme n’étant qu’un mouvement (...) Quant à la matière elle-même, elle était conçue comme formée essentiellement de petits grains - c’est-à-dire de petites choses - liés entre eux par des forces. (...) Une telle vision exalte le statique relativement au dynamique. Dans cette conception, en effet, même le mouvement n’est qu’une qualité - après tout secondaire et transitoire - d’une "chose" localisée, douée, elle, de permanence. L’avènement de la relativité et des quanta devaient modifier cette hiérarchie. (...) La notion correspondante (d’objet) est ainsi secondaire à celle d’évènement. »

Les livres

A la recherche du réel

Physique et réalité

Traité de physique et de philosophie

Candide et le physicien

On Physics and Philosophy

La nature et la recherche du réel dans la philosophie

Une introduction à la question physique et réalité

Discours et conférences

Les films et enregistrements

Une conférence de Bernard d’Espagnat sur la réalité Une conférence sur « La ralité, c’est quoi ? »

Une conversation filmée

Voir ici les autres films

Documents, conférences et vidéos

Physique quantique et philosophie, enregistrement de l’émission

Connaissez-vous Aristote

Qui est Bernard d’Espagnat ?

Un enregistrement

Qui est Bernard d’Espagnat

Le physicien du réel voilé

La conception physique de Bernard d’Espagnat

Une pensée quantique complexe

Science et réalité, la pensée de Bernard d’Espagnat

Lire aussi :

Physique quantique et Philosophie

La philosophie de l’école de Copenhague

La physique quantique est-elle kantienne ?

Faut-il une philosophie en sciences ?

Interprétations et significations en physique quantique

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0