Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/36/d206324349/htdocs/site_org1G/config/ecran_securite.php on line 180
Echos des Canards déchaînés - Matière et Révolution
English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 25 - TEXTES COMIQUES > Echos des Canards déchaînés

Echos des Canards déchaînés

jeudi 28 mars 2013

Echos des Canards déchaînés

Papauté : les Borgia aussi aimaient rire !

Le pape rabroue les prêtres tristes. Cela ne veut pas dire qu’il encourage les prêtres gay ou les prêtres amoureux. Il est seulement pour un christ souriant attaché sur sa croix ! Et des chrétiens souriant à leur misère et à leur exploitation ! C’est sans doute pour faire rire les chrétiens que le nouveau pape leur parle sans cesse des dangers du diable ! Qu’on se le dise entre deux coups d’eau bénite et de sermons !

Quand il est populaire, il le cache bien

Lors d’un voyage éclair de Sarkozy en Libye, ce dernier a été acclamé par le nouveau pouvoir libyen alors que celui-ci est à dominante islamiste. On comprend que Sarkozy ait donné comme consigne à son camp : aucun communiqué, aucune déclaration, pas un mot dans les média.

Pas d’afro-pessimisme

On a parfois l’impression qu’en Afrique, il n’y aurait que des guerres, des terroristes et des famines. Comment ne pas apprécier la capacité du journal patronal Les Echos qui consacrait une « une » entière aux fortunes françaises qui sont fondées sur l’Afrique et au journal de droite Le Figaro qui le 22 mars saluait le succès de Bolloré qui tire du transport en Afrique 490 millions de résultat opérationnel. Cette Afrique n’est certes pas généreuse pour les peuples africains mais elle l’est quand même pour certains amoureux des profits africains. C’est rassurant : les richesses ne sont pas perdues pour tout le monde !

Souriez, vous êtes filmés

La justice a dû reconnaître que quelques CRS avaient fait du zèle en arrêtant quatre garçons dans un centre commercial de Lille sous l’accusation de rébellion et violences ainsi qu’incitation à l’émeute. Ces défenseurs de l’ordre, même quand il n’est pas menacé, avaient bien témoigné tous dans le même sens mais avaient omis que toute l’affaire s’était passée sous les caméras du centre ! Un premier jugement a relaxé les quatre jeunes puis un deuxième car les CRS ont fait appel. Ils ne vont pas aller en cassation. Motif : eux-mêmes ne sont pas poursuivis ni punis. Ils n’ont pas perdu leurs postes. Pourtant, sur faux témoignages, ils ont envoyé quatre personnes en prison sur des motifs fallacieux et l’un d’eux y a perdu son emploi ! Morale : n’oubliez jamais la caméra si vous rencontrez malencontreusement des CRS car ils ont la mémoire courte.

Non, Sarkozy ne faisait pas chanter que la vieille richissime

Carla Bruni a fait remarquer, des sanglots dans la voix, que l’inculpation de son mari vient, comme par hasard, juste avant le lancement de son nouvel album. Des concurrents jaloux seraient à l’œuvre qu’ils ne s’y prendraient pas autrement. Le juge pas Gentil avec le petit mari serait donc un amateur de chansons… alors qu’à l’UMP on l’accuse presque de faire chanter leur dirigeant chéri adoré, le mari de la chanteuse ! De là à envoyer des menaces de mort au Gentil parce qu’il n’aimerait pas les chansons de la femme du mari de la chanteuse, enfin vous avez suivi la sérénade... On ne va pas faire tout un opéra dramatique d’une simple chansonnette...

Lepaon fait la roue... carrée

Lepaon avait à peine essuyé un congrès de la CGT et laissé entendre à ses troupes qu’il était au diapason de leurs soucis qu’il a affirmé exactement l’inverse. Il s’en était sorti en effet en nettoyant les échecs passés sur le dos de la CFDT et du gouvernement, honnis, détestés par le congrès. Mais il n’a pas fallu des jours pour qu’il s’affiche en sens complètement inverse : il a déclaré dans l’Humanité du 25 mars que « La CGT n’entrera pas en guerre contre le gouvernement en le qualifiant de libéral. » Il ne précise pas comment il le qualifie alors ? Quant à la CFDT, que tout le congrès CGT conspuait pour avoir signé un « accord » avec le patronat le gouvernement qui flexibilise les contrats CDI, qui avait vu l’arrivée à sa tête d’un Berger prêt à prendre les salariés pour des moutons et la CGT pour des loups, Lepaon ne la voit plus du tout ainsi après le congrès. Il déclare ainsi que « L’arrivée d’une nouvelle génération de syndicalistes (comme lui et Berger ?) aux postes de commande ouvre des perspectives nouvelles d’union. » et il renouvelait son appel à manifester ensemble lors du premier mai. S’il y en a qui n’arrivent déjà pas à suivre ces tournants à 180° en quelques jours, c’est qu’ils n’ont pas suivi les épisodes précédents, quand le rapporteur au Conseil Economique Social et Environmental de la privatisation de la SNCF qui affirmait l’organiser est devenu, en paroles, opposant à la privatisation à peine nommé secrétaire général de la CGT… Inutile de demander quel Lepaon il faut croire !

Pour enlever tout complexe au dernier des boursicoteurs

Le premier assureur-vie de France a eu la bonne idée de placer cent millions d’euros sur les banques chypriotes. Celui qui a organisé ce fiasco est le responsable de CNP et émargeait à 900.000 euros par an. La fine fleur des financiers français ne vaut pas mieux que le dernier des gogos de la spéculation. Voilà pour rassurer le boursicoteur lambda.

Le téléphone est cause de tout, le meilleur et le pire

C’est par téléphone que le ministre Cahuzac discutait de son compte en Suisse dans lequel il mettrait, selon ses accusateurs, des sommes tirées des avantages supplémentaires non déclarés de son travail médical, du genre petits cadeaux des trust pharmaceutiques. C’est encore par téléphone qu’il s’est fait attraper pour avoir à rendre des comptes en tant que ministre chargé d’empêcher la fuite fiscale. C’est toujours par téléphone qu’il a appris qu’il était lâché par Hollande et appelé à démissionner à l’insu de son plein gré, ce qu’il a fait immédiatement en informant par téléphone la presse qu’il démissionait de son plein gré (bof !) et qu’il ne reconnaissait rien de ces accusations (rebof !). Morale de l’histoire : tout cela est de la faute de la société du téléphone ! Quand les gens communiquaient moins, les ministres étaient mieux protégés des calomnies fondées et des vraies critiques. Quant au pauvre imposable qui ne peut éviter de devoir au fisc des sommes bien trop importantes sur sa paie, qu’il sache qu’un salarié ne peut pas refuser de déclarer son salaire et qu’il n’a pas besoin d’avoir de compte en Suisse ni la Suisse de cacher ses malheureux dix sous d’épargne ! Celui-là, il peut téléphoner tant qu’il veut : il n’y a aucun risque et c’est son seul avantage !

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0