Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/36/d206324349/htdocs/site_org1G/config/ecran_securite.php on line 180
Trump et la perspective de guerre mondiale - Matière et Révolution
English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 04 - HISTOIRE CONTEMPORAINE- CONTEMPORARY HISTORY > Trump et la perspective de guerre mondiale

Trump et la perspective de guerre mondiale

samedi 14 janvier 2017

Avec un soutien bipartite, le futur ministre de la défense de Trump décrit les plans de guerre mondiale

Le général James « Mad Dog » Mattis, le candidat désigné par le président élu Donald Trump comme secrétaire à la Défense, a utilisé son audition de confirmation devant le Comité des services interarmées du Sénat jeudi pour décrire une politique de guerre agressive, désigner la Russie et la Chine comme des ennemis et appeler à une expansion dramatique des dépenses militaires, y compris la « modernisation » des armes nucléaires et l’expansion de la cyberguerre.

Tous les participants présents, les démocrates de même que les républicains, ont fait l’éloge de Mattis pendant l’audition de trois heures et demie. Pas un seul sénateur n’a demandé au candidat comment il pourrait réduire les guerres américaines, qui font actuellement rage dans plusieurs pays. Au lieu de cela, les sénateurs ont rivalisé pour solliciter de Mattis qu’il identifie les menaces pesant sur la « sécurité nationale » que le gouvernement Trump aura immédiatement à traiter.

Aucun sénateur, y compris la démocrate soi-disant « de gauche » Elizabeth Warren, du Massachusetts, n’a interrogé le général retraité des Marines sur son rôle dans l’occupation de l’Irak, où il fut impliqué dans des crimes de guerre. Mattis mena la brutale contre-offensive des Marines qui reprit la ville irakienne de Falloujah en décembre 2004, et il ordonna une frappe aérienne cette année-là contre une fête de mariage dans laquelle plus de 40 civils ont été tués. Il n’a pas non plus été mis en cause au sujet d’un discours public qu’il a prononcé dans lequel il a déclaré qu’il était « amusant » de tuer des gens.

Jusqu’à jeudi, Mattis ne pouvait pas légalement être nommé secrétaire à la défense. La loi fédérale empêche la sélection de tout individu qui n’a pas quitté l’armée depuis au moins sept ans, une règle destinée à protéger le principe démocratique de soumission du militaire au gouvernement civil élu. Immédiatement après l’audition, la Commission des services armées a voté par 24 voix contre 3 une dispense à la loi pour Mattis, qui avait pris sa retraite il y a seulement trois ans, pour intégrer le conseil d’administration du géant de l’industrie de la défense, General Dynamics. Le Sénat américain a rapidement emboîté le pas en votant par 81 voix contre 17 en faveur de la dispense.

Lors d’un échange particulièrement inquiétant pendant l’audition, Mattis a été interrogé par le président de la Commission, le républicain John McCain, qui demandait à savoir si « l’ordre mondial » subissait sa plus grande tension depuis 70 ans. Mattis a répondu : « Je pense qu’il subit les plus grandes attaques depuis la Seconde Guerre mondiale. Et ça vient de la Russie, des groupes terroristes et de ce que fait la Chine en mer de Chine méridionale. » Plus tard dans l’audition, Mattis a dit : « L’Amérique a des responsabilités mondiales et il n’est pas à notre avantage que ces zones du monde soient écartées de nos efforts. »

Il n’y aura pas de fin à ces guerres partout dans le monde, c’est ce qui ressort clairement des questions des sénateurs et des réponses de Mattis. Les États-Unis « seront engagés dans un conflit global pour tout l’avenir prévisible », a déclaré McCain. « Croire le contraire est un vœu pieux […] Le pouvoir dur est important, [il faut] l’avoir, menacer de l’utiliser, l’employer comme arme diplomatique et parfois l’utiliser. »

Bien qu’il se soit efforcé de souligner l’importance des alliances américaines, en particulier de l’OTAN, Mattis, comme McCain, a adopté l’unilatéralisme militaire. Le candidat a déclaré que les États-Unis ont seulement « deux pouvoirs fondamentaux », l’un d’entre eux il a appelé « le pouvoir d’intimidation ». Pour que cette « intimidation » des autres nations fonctionne, il est nécessaire que l’armée américaine soit « le numéro un dans son jeu dans une compétition où la deuxième place est la dernière place. »

En commençant par McCain, les sénateurs ont invité Mattis à plusieurs reprises à dénoncer la Russie et à prendre ses distances par rapport à Trump et sa position moins belliqueuse à l’égard de Moscou, ainsi que son conflit ouvert avec les agences de renseignement américaines sur des allégations non fondées de « piratage » russe des élections américaines.

Mattis a qualifié la Russie de « concurrent stratégique » et a déclaré que le président russe Vladimir Poutine essayait de « briser » l’alliance de l’OTAN, qu’il considère comme la plus grande alliance militaire de l’histoire. « Il y a un nombre décroissant de domaines où nous pouvons coopérer activement et un nombre grandissant de domaines où nous allons devoir faire face à la Russie », a déclaré Mattis. Il a également signalé sa déférence envers les agences de renseignement américaines, disant qu’il a un « très, très haut degré de confiance dans notre communauté du renseignement. »

Lorsque le sénateur démocrate Martin Heinrich du Nouveau-Mexique lui a demandé d’identifier les « principales menaces » pesant sur les États-Unis, Mattis a commencé par identifier la Russie, mais à partir de là, il a élaboré une liste qui pourrait inclure n’importe quelle nation dans le monde.

« Je considérerais que la principale menace est d’abord la Russie », a répondu Mattis, « et puis cela comprendrait certainement toutes les nations qui cherchent à intimider les nations autour de la périphérie ou les nations à leur proximité, que ce soit avec des armes de destruction massive ou, par des moyens d’intimidation que j’appelle inhabituels et peu orthodoxes. »

Ce thème a été repris par Warren, qui, aux côtés du sénateur de Vermont Bernie Sanders, est promue comme le visage « de gauche » du Parti démocrate.

« La Russie veut promouvoir sa sécurité par l’instabilité […] en essayant de créer une sphère d’états instables le long de la périphérie », a déclaré Warren. « En tant que secrétaire à la défense, en ce qui concerne les menaces posées par la Russie, allez-vous plaider franchement et énergiquement devant le président pour parler de ces menaces et de la nécessité de les prendre au sérieux ? » Mattis a affirmé qu’il le ferait. « Nous comptons sur vous », a plaidé la sénatrice libérale.

Adoptant Parfois un ton plus militariste que le candidat, les sénateurs ont également encouragé Mattis à faire des déclarations belliqueuses contre la Chine, l’Iran et la Corée du Nord et ont sollicité des déclarations que l’armée américaine, qui dépense chaque année plus que les huit autres plus grandes économies du monde cumulées pour l’armement, serait sous-financée. Les membres du comité, y compris Warren et la démocrate du Missouri Claire McCaskill, ont utilisé leurs interrogations pour demander de nouvelles dépenses importantes pour l’arsenal nucléaire, la Garde nationale et la cyberguerre.

Mattis n’a pas reculé devant les déclarations de Rex Tillerson, l’ex-PDG d’Exxon désigné par Trump pour être le secrétaire d’État [ministre des affaires étrangères], selon lequel les États-Unis devraient empêcher la Chine d’accéder à la mer de Chine méridionale, ce qui constituerait un acte de guerre. Mattis a appuyé la conclusion que la Chine, dans ses projets de poldérisation, « militarise » la mer de Chine méridionale.

Mattis a déclaré son soutien à l’agression américaine intensifiée au Moyen-Orient, en disant à la Commission que la guerre contre l’État islamique en Irak et en Syrie devra suivre « un calendrier plus agressif ».

Dans un document soumis à la Commission avant l’audition, Mattis a identifié l’Iran comme la « plus grande force de déstabilisation au Moyen-Orient » et a déclaré que le gouvernement Trump devrait « bloquer l’objectif de l’Iran pour l’hégémonie régionale ». Dans ses déclarations précédentes, il avait insisté sur l’idée que l’État islamique n’était rien de plus qu’un prétexte pour Téhéran afin de projeter son influence. Cependant, lorsqu’il fut invité par les sénateurs à désavouer le traité avec l’Iran conclu par le gouvernement Obama, qui a supprimé la menace immédiate de guerre, Mattis a dit qu’il le respecterait.

Jeudi également, le Comité du renseignement du Sénat a tenu des auditions pour le candidat de Trump à la tête de la CIA, Mike Pompeo du Kansas, un ancien député du Tea Party qui a des liens étroits avec les frères multimilliardaires Koch. On s’attend également à ce que la candidature de Pompeo soit ratifiée avec peu de résistance des démocrates.

La déclaration de Pompeo se distingue par sa position belliqueuse envers la Russie. Il a défendu le rapport des agences d’espionnage des États-Unis sur le piratage, bien que ce rapport ne contienne pas la moindre preuve et qu’il ait été auparavant mis en doute par Trump.

« En ce qui concerne ce rapport en particulier, il est assez clair sur ce qui s’est passé ici, sur la participation de la Russie aux efforts pour pirater des informations et peser sur la démocratie américaine », a déclaré Pompeo. « Cela a été un acte agressif pris par la direction gouvernementale en Russie ». Pompeo a également accusé la Russie d’avoir « envahi et occupé l’Ukraine, menacé l’Europe et [de] ne rien faire pour aider à la destruction et à la défaite de l’État islamique. »

La lutte acharnée sur les allégations d’« ingérence » russe aux élections américaines se résume à un différend sur la politique étrangère, à savoir s’il faut régler les comptes avec la Russie d’abord, ou de se concentrer sur une confrontation avec la Chine. L’hystérie médiatique et l’intervention de l’appareil de renseignement et des républicains de premier plan tels que McCain pour appuyer ces allégations équivaut à une tentative pour s’assurer que le gouvernement Trump intensifiera la politique anti-Russe du gouvernement Obama qui aurait été la priorité dans les affaires de la Maison Blanche sous Hillary Clinton.

Les agissements des démocrates, y compris de leur faction « de gauche » dirigée par Warren, démontre qu’il n’y a pas de faction favorable à la paix au sein de la classe dirigeante américaine. Quels que soient leurs différends transitoires sur la cible immédiate, l’orientation vers la guerre pour poursuivre les intérêts de l’oligarchie capitaliste américaine est la politique consensuelle des deux partis.

Par Tom Eley

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0