Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/36/d206324349/htdocs/site_org1G/config/ecran_securite.php on line 180
0 - PREFACE - Matière et Révolution
Français German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 0 - PREFACE

0 - PREFACE

Dernier ajout : 21 avril.


Vive la révolution !!!!

"Tant qu’il existera, par le fait des lois et des moeurs, une damnation sociale créant artificiellement, en pleine civilisation, des enfers, ... tant qu’il y aura sur la terre ignorance et misère, des livres de la nature de celui-ci pourront ne pas être inutiles."

Les Misérables, Victor Hugo

"L’émancipation des ouvriers ne peut être l’oeuvre que des ouvriers eux-mêmes. Il n’y a donc pas de plus grand crime que de tromper les masses, de faire passer des défaites pour des victoires, des amis pour des ennemis, d’acheter des chefs, de fabriquer des légendes, de monter des procès d’imposture, — de faire en un mot ce que font les staliniens. Ces moyens ne peuvent servir qu’à une fin : prolonger la domination d’une coterie déjà condamnée par l’histoire. Ils ne peuvent pas servir à l’émancipation des masses. Voilà pourquoi la IVe Internationale soutient contre le stalinisme une lutte à mort.

Il va sans dire que les masses ne sont pas sans péché. Nous ne sommes pas enclins à les idéaliser. Nous les avons vues en des circonstances variées, à diverses étapes, au milieu des plus grands bouleversements. Nous avons observé leurs faiblesses et leurs qualités. Leurs qualités : la décision, l’abnégation, l’héroïsme trouvaient toujours leur plus haute expression dans les périodes d’essor de la révolution. A ces moments, les bolcheviks furent à la tête des masses. Un autre chapitre de l’histoire s’ouvrit ensuite, quand se révélèrent les faiblesses des opprimés : hétérogénéité, insuffisance de culture, manque d’horizon. Fatiguées, déçues, les masses s’affaissèrent, perdirent la foi en elles-mêmes et cédèrent la place à une nouvelle aristocratie. Dans cette période les bolcheviks (les "trotskistes") se trouvèrent isolés des masses. Nous avons pratiquement parcouru deux cycles semblables : 1897-1905, années de flux ; 1907-1913, années de reflux ; 1917-1923, années marquées par un essor sans précédent dans l’histoire ; puis une nouvelle période de réaction qui n’est pas encore finie. Grâce à ces événements, les "trotskistes" ont appris à connaître le rythme de l’histoire, en d’autres termes la dialectique de la lutte des classes. Ils ont appris et, me semble-t-il, réussi à subordonner à ce rythme objectif leurs desseins subjectifs et leurs programmes. Ils ont appris à ne point désespérer parce que les lois de l’histoire ne dépendent pas de nos goûts individuels ou de nos critériums moraux. Ils ont appris à subordonner leurs goûts individuels à ces lois. Ils ont appris à ne point craindre les ennemis les plus puissants, si la puissance de ces ennemis est en contradiction avec les exigences du développement historique. Ils savent remonter le courant avec la conviction profonde que l’afflux historique d’une puissance nouvelle les portera jusqu’à l’autre rive. Pas tous ; beaucoup se noieront en chemin. Mais participer au mouvement les yeux ouverts, avec une volonté tendue, telle est bien la satisfaction morale par excellence qui puisse être donnée à un être pensant !"

Léon Trotsky dans "Leur morale et la nôtre"

"As long as there is, as a result of laws and customs, creating a social damnation artificially full civilization, hell ... as long as there on the ground ignorance and misery, books of nature thereof may not be appropriate. "

Les Miserables by Victor Hugo

"The empowerment of workers can be implemented as the workers themselves. There is no greater crime than deceiving the masses, to pass to defeats victories, friends as enemies, purchasing managers, manufacturing legends, to mount a sham trial, - to make a word what the Stalinists. These facilities may serve only one purpose : to extend the domination of a coterie already condemned by history. They can not be used for the emancipation of the masses. That is why the Fourth International against Stalinism supports a death struggle. It goes without saying that the masses are not without sin. We are not inclined to idealize. We saw them in different circumstances at different stages in the midst of the greatest upheavals. We’ve seen their weaknesses and qualities. Their qualities : the decision, selflessness, heroism always found their highest expression in the boom periods of the revolution. At these moments, the Bolsheviks were at the head of the masses. Another chapter of history opened then when proved the weakness of the oppressed : heterogeneity, lack of culture, lack of horizon. Tired, disappointed the masses sank, lost faith in themselves and gave way to a new aristocracy. In this period the Bolsheviks (the "Trotskyists") found themselves isolated from the masses. We traveled almost two similar cycles : 1897-1905, years of flow ; 1907-1913, years of reflux ; 1917-1923, years marked by an unprecedented boom in history, then a new period of reaction is not yet over. Through these events, "Trotskyites" learned about the pace of history, in other words, the dialectics of class struggle. Ils ont appris et, me semble-t-il, réussi à subordonner à ce rythme objectif leurs desseins subjectifs et leurs programmes. They have learned and I think he managed to make at this rate target their subjective intentions and programs. They have learned not to despair because the laws of history does not depend on our individual tastes or our moral standard. They have learned to subordinate their individual tastes to such laws. They have learned not to fear the most powerful enemies, if the power of these enemies is inconsistent with the requirements of historical development. They know how to swim upstream with the deep conviction that the historic influx of new power will bring them to the other side. Not all, many will drown en route. But participation in the movement with open eyes, with a willingness tense, such is the moral satisfaction par excellence that can be given to a sentient being ! "

Leon Trotsky in "Their morals and ours"

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0