Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/36/d206324349/htdocs/site_org1G/config/ecran_securite.php on line 180
Les plus grands noms de la Révolution française (1789-1795) - Matière et Révolution
English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Home page > 03 - HISTORY - HISTOIRE > Les plus grands noms de la Révolution française (1789-1795)

Les plus grands noms de la Révolution française (1789-1795)

Monday 5 February 2018

Les femmes étaient en tête... Et le premier rang n’était ni bourgeois ni privilégié mais populaire et même prolétaire Et la direction politique était le fait de militants radicaux dont les noms sont peu connus aujourd’hui...

Les plus grands noms, connus, peu connus ou inconnus, de la Révolution française

par Tiekoura Levi Hamed

Vous n’avez pas entendu parler de Maillard, Tiger, Jacques Roux, Théophile Leclerc, Jean Varlet, Claire Lacombe, Pauline Léon, Sylvain Maréchal, Olympes de Gouges, Théroigne de Méricourt et Gracchus Babeuf. Ils étaient pourtant les véritables héros issus des masses populaires révolutionnaires ! Lire ici

Babeuf

Boissel

Buonarroti

Chalier

Cloots

Evrard

Hardon, Evrard et Léon

Hébert, Chaumette, Pache ou les « hébertistes »

Les hébertistes

Lacombe

Leclerc

Leclerc, Varlet, Roux ou « les Enragés »

Léon

Maillard

Marat

Maréchal

Olympe de Gouges

Roux

Théroigne de Méricourt

Tiger

Varlet

Sans compter des milliers d’inconnus, de femmes et d’hommes du peuple dont l’Histoire officielle n’a même pas gardé le nom mais qui ont joué un rôle considérable pour faire chuter l’ordre ancien...

Les femmes révolutionnaires dans la Révolution française

Les bras nus dans la Révolution française

Ne vous étonnez pas si vous n’avez pas trouvé dans cette liste les noms de Robespierre, Danton, Saint-Just, les montagnards et les jacobins et encore moins de les Brissot, Carnot, etc.

Vous aurez plaisir à comparer notre liste à celle de wikipedia :

voir ici

Ou encore à celle-ci : lire ici

Les leaders les plus révolutionnaires de la Révolution française ne se nomment pas Robespierre ou Danton, Saint-Just ou Cambacérès, Carnot, Barère, Cambon, Fouché, Barras et les autres hommes de pouvoir, mais Marat, Jacques Roux, l’ouvrier Tiger, Théophile Leclerc, Varlet, Babeuf, Sylvain Maréchal, Anarcharsis Cloots, Claire Lacombe, Pauline Léon, Marie Anne Vilquin, Constance Evrard, Olympe de Gouges, etc…

La bourgeoisie s’était appuyée sur le mouvement révolutionnaires mais s’est retournée contre lui : lire ici

Ensuite, la bourgeoisie, par ses porte-plumes a assassiné les meilleurs des révolutionnaires : lire ici Michelet conspuant Marat

« Ce qui est certain, c’est que le mouvement communiste, représenté par Jacques Roux, Varlet, Dolivet, Chalier, Leclerc, L’Ange (ou Lange), Rose Lacombe, Boissel et quelques autres, avait une profondeur que l’on n’avait pas aperçue tout d’abord, mais que Michelet avait déjà devinée. » écrit Kropotkine : lire ici

La bourgeoisie n’est pas la seule à avoir maltraité, après coup, les vrais révolutionnaires. Les staliniens en ont fait autant : lire ici

En effaçant la contestation populaire, plus radicale que les dirigeants jacobins, les historiens sociaux-démocrates de gauche, progressistes ou staliniens ont simplifié la révolution, en la représentant comme un « simple » affrontement entre bourgeoisie et peuple d’un côté, féodalité de l’autre.

Marx avait toujours insisté sur le fait que, dans les révolutions bourgeoises, une aile représentant prématurément le prolétariat, avait marqué la révolution et était partie prenante de l’aile motrice des événements révolutionnaires.

Les clubs jacobins ont toujours été très élitistes, les sans culottes n’en étaient pas membres à part entière, les bras nus n’avaient pas voix au chapitre, les non propriétaires n’ont jamais été cultivés chez les jacobins et les lois votées par ceux-ci n’ont jamais envisagé de donner le droit de vote et la parole aux exploités. Les Jacobins ont toujours été très bourgeois, très modérés, même si Robespierre a su conserver la direction de la vague révolutionnaire, surfer sur la vague de déchristianisation avant de la détruire, surfer sur les comités populaires avant de les réprimer…

Lire la « Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’État social », par Jean-François Varlet (1793)

Lire encore sur Claire Lacombe

Lire « Le Manifeste des Egaux »

Lire « Le Manifeste des Enragés »

Lire le « Testament politique » d’Olympe de Gouges

La suite

Lire encore

Et aussi

Lire aussi sur la révolution française dans le quartier populaire du faubourg Saint-Marcel

Reply to this news item

SPIP | template | | Site Map | Follow-up of the site's activity RSS 2.0