Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/36/d206324349/htdocs/site_org1G/config/ecran_securite.php on line 180
Chapter 11 : Matter depends on history - La matière est historique - Matière et Révolution
English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Home page > 01 - PHILOSOPHIE - PHILOSOPHY > Chapter 11 : Matter depends on history - La matière est historique

Chapter 11 : Matter depends on history - La matière est historique

Latest addition : 6 August 2016.

A historical matter

Victor Weisskopf dans « La révolution des quanta » :

« L’astrophysique a introduit en physique une nouvelle dimension : la dimension historique. »

« A l’éternité dynamique s’oppose donc le « second principe de la thermodynamique », la loi de croissance irréversible de l’entropie formulée par Rudolf Clausius en 1865 ; au déterminisme des trajectoires dynamiques, le déterminisme tout aussi inexorable des processus qui nivellent les différences de pression, de température, de concentration chimique et qui mènent irréversiblement un système thermodynamique isolé à son état d’équilibre, d’entropie maximale. (…) Cependant, ce serait une erreur de penser que le second principe de thermodynamique fut seulement source de pessimisme et d’angoisse. Pour certains physiciens, tels Max Planck et surtout Ludwig Boltzmann, il fut aussi le symbole d’un tournant décisif. La physique pouvait enfin décrire la nature en termes de devenir ; elle allait pouvoir, à l’instar des autres sciences, décrire un monde ouvert à l’histoire. »

« Entre le temps et l’éternité » d’Ilya Prigogine et Isabelle Stengers

"La science a été longue à prendre en compte des explications de type historique - et les interprétations formulées jusqu’ici ont souffert de cette omission. Elle a aussi tendu à dénigrer l’histoire lorsqu’elle y a été confrontée, considérant toute invocation de la contingence comme moins élégantes basées directement sur des "lois de la nature" intemporelles."

"La vie est belle", Stephen Jay Gould


MOTS CLEFS :

dialectiquediscontinuitéphysique quantiquerelativitéchaos déterministeatomesystème dynamiquenon-linéaritéémergenceinhibitionboucle de rétroactionrupture de symétriele temps - contradictionscrisetransition de phasecriticalité - attracteur étrangeauto-organisationvide - révolution permanente - Zénon d’Elée - Blanqui - Lénine - TrotskyRosa LuxemburgPrigogine - Barta - Gould - marxisme - Marx - la révolution - l’anarchisme - le stalinisme