Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /homepages/36/d206324349/htdocs/site_org1G/config/ecran_securite.php on line 180
Le trou noir remplit-il le vide… scientifique, social ou idéologique actuel ? - Matière et Révolution
English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 02 - SCIENCES - SCIENCE > Le trou noir remplit-il le vide… scientifique, social ou idéologique actuel (...)

Le trou noir remplit-il le vide… scientifique, social ou idéologique actuel ?

lundi 15 avril 2019

Le trou noir remplit-il le vide… scientifique, social ou idéologique actuel ?

Le trou noir décrit quoi ? Un état de la matière ? Un état de l’espace-temps ? Un état de l’énergie ? Un état de la science actuelle ? Un état de la société capitaliste ?

Pas si facile de répondre à ces questions !!!

Une nouvelle scientifique vient d’être présentée comme extraordinaire, phénoménale, presque révolutionnaire : une « photo » de trou noir, et même la première. Historique ? Un évènement scientifique ?

Tout d’abord, précisons justement que cela ne risque pas d’être une photo puisque le nom même de trou noir provient du fait que la lumière visible n’en sort pas, ne risquant donc pas d’impressionner les pellicules !!!

Alors, si ce n’est pas une photo en lumière visible, qu’est-ce que l’image du trou noir qui a été présentée en grande pompe aux scientifiques et au grand public. Il s’agit effectivement d’une image mais pas dans les longueurs d’ondes de la lumière visible : en ondes centimétriques !

D’autre part, il ne faut pas croire que ce soit une information réellement étonnante : les scientifiques ont d’autres preuves depuis belle lurette de l’existence réelle des trous noirs.

Mais commençons à préciser ce qu’est un « trou noir » car l’expression est extrêmement malencontreuse et mal adaptée. Ce n’est pas de la matière qui serait de « couleur » noire, ce n’est absolument pas un trou dans la matière, ni un trou pour la matière, ni un trou de rien du tout, pas même un trou de l’espace ni un trou dans l’énergie.

Non, le « trou noir », c’est seulement un des plus grands objets de l’Univers après l’étoile et l’amas d’étoiles, un objet très dense pour sa taille. Il est l’objet le plus dense d’une galaxie et se place souvent au centre de celle-ci. Il joue un rôle clef dans la dynamique de la galaxie.

Les étoiles ne sont pas toutes de même taille, de même masse, ni de même densité. De ce point de vue, le trou noir est un extrêmement grand.

Si les caractéristiques sont la grande taille, la grande masse et la grande densité, pourquoi l’appelle-t-on « trou » et pourquoi « noir » ?

La raison provient de la relativité générale d’Einstein. En effet, les masses courbent les trajectoires des photons lumineux. En effet, les masses courbent l’espace-temps et les photons ne se déplacent pas en ligne droite mais le long des lignes de l’espace-temps. Plus une étoile est massive, plus elle courbe l’espace-temps et plus les photons qui passent à proximité sont détournés d’un parcours rectiligne.

Le cas du trou noir est extrême : la courbure est tellement importante que la lumière (et la matière) qui passe à proximité est entraînée vers le centre et n’en sort pas.

Cela explique que l’on pensait n’avoir jamais d’image d’un trou noir. Mais cela ne signifie pas qu’on ne « voyait » pas de preuve de leur présence. Bien au contraire. Les preuves ne sont pas dans le visible mais dans la dynamique des masses. Celle de la galaxie ne peut s’expliquer que par la présence d’une masse énorme au centre…

Cependant, même si l’image qui est diffusée n’est pas en lumière visible, elle illustre cependant l’idée de trou noir…

On peut cependant se demander si les pontes de la science n’ont pas décidé de donner une publicité exagérée à cette « découverte » dans laquelle on ne découvre rien de spécial en fait, puisqu’on n’apprend rien de particulier sur le trou noir.

Il semble que l’astrophysique fasse partie des domaines dans lesquels les classes possédantes ont l’intention de miser et de fonder l’idée que le capitalisme continue de faire progresser le monde. Les chinois débarquent sur la lune. Les Américains préparent l’arrivée de l’homme sur Mars. Du moins, c’est ce qu’ils disent. La guerre des étoiles se prépare aussi, notamment avec la formation d’une police de l’espace par les dirigeants US.

Tout cela fait-il partie de progrès scientifiques ou de la propagande d’une société en fn de course qui ne peut pas prétendre faire progresser la connaissance et la production humaine ? Poser la question, c’est y répondre !

12 Messages de forum

  • Il ne s’agit effectivement pas à proprement parler d’une photo mais d’une reconstitution d’image par procédés informatiques avec des ondes qui ne sont pas dans les limites de lumière mais centimétriques.

    La masse de ce trou noir équivaut environ à 6,5 milliards de fois celle de notre soleil, un record même pour un trou noir. Autre information de taille : le trou noir lui-même mesure 38 milliard de kilomètres, soit 250 unités-astronomiques, la distance entre le Soleil et la Terre. Le disque de gaz qui l’entoure est environ 100 fois plus grand.

    Mais la « photo » ne nous apprend rien de plus pour le moment…

    Répondre à ce message

  • Effectivement, c’est une victoire technologique, celle du grand télescope virtuel, mais pas scientifique pour le moment : la photo ne révèle rien de fondamental qu’on ignorait.

    Répondre à ce message

  • JFP¦¦23122019¦¦Un cadeau pour l’avant veille de Noël, car nous marchons toujours à contre temps ou à contre sens¦¦Une brève du trou noir dans une hémisphère droit du cerveau, et la même brève de trou noir dans l’hémisphère gauche, et au centre le trou noir que l’on ne voit pas. Il n’est pas étonnant que l’on ne comprenne pas grand chose en qui concerne le fonctionnement du cerveau, car on ne voit pas le trou noir au centre qui commande les deux demies-hémisphères. Pourquoi avoir appelé des hémisphères du cerveau, car le cerveau dans sa totalité n’est absolument pas une sphère, mais serait à lui seul presque une hémisphère à partager en deux parties. Pour parler de parties gauche et droite du cerveau, il faudrait dire alors les deux demies hémisphères du cerveau, car en règle générale, une hémisphère est la moitié d’une sphère, et notre cerveau n’a rien d’un sphère mais plutôt sa moitié. La science dérive parfois sur les termes. Maintenant est-ce que l’annonce d’une photo de trou noir à un intérêt, et ce même si cette photo n’est pas prise avec les photons habituels qui sont des rayons lumineux que nous percevons Ɂ Et bien cette informations qui semble désuète de dire que l’on a photographié un trou noir, a en fait un très grand intérêt et une très grande importance. POURQUOI Ɂ Les potons pris au sens large sont dit des ondes électromagnétiques, et ces photons sont d’une grande variété, car ils ont des fréquences différentes. Pouvoir prendre des photos de trous noirs sur des fréquences de photons différentes que celle de la lumière, à une très grande importance, car cela veut dire que TOUS LES PHOTONS NE VOYAGENT PAS TOUS DE LA MÊME FAÇON, que les photons ont des géodésiques différentes suivant leur fréquence. Ainsi à partir d’une étoile, les photons émis, ne prendront pas les mêmes courbes, les mêmes trajectoires, les mêmes géodésiques, s’approchant d’objets très massifs, ce qui fait que les courbures des trajectoires seront différentes suivant la fréquence de ces photons, frôlant les objets massifs comme ces trous noirs. Cette info de dire que l’on a pris une photo d’un trou noir, avec des fréquences de photon autres que ceux de la lumière visible, à donc un grand intérêt,car cela prouve qu’autour d’un trou noir, les courbes des trajectoires des photons dépendent de leurs fréquences.
    ▬Un photon n’a pas de masse théorique, mais une certaine énergie, et cette énergie dépend justement de la fréquence du photon. On peut donc dire que l’énergie qui voyage ne prend pas les mêmes trajectoires fonction des fréquences de cette énergie. La lumière visible que sont les ondes lumineuses, sont compris entre 400nm et 800nm correspondant à 1,5 ev à 3ev. Les photons ont une fréquence allant de 10E2m (Radio, AM) à 10E-16m (gamma)
    ▬Comme la photo à été prise avec des ondes centimétriques, cela veut dire que plus les fréquences sont basses par rapport à la lumière, et donc moins d’énergie, et moins la courbure des trajectoire est effective. Si ce n’est pas de l’info cela, on se demande alors pourquoi faire deux articles d’une même base en dénigrant l’information comme¦¦
    ▬[D’autre part, il ne faut pas croire que ce soit une information réellement étonnante : les scientifiques ont d’autres preuves depuis belle lurette de l’existence réelle des trous noirs.]
    ▬Il faut démêler l’information, car les trous noirs ici n’ont que peu d’intérêt, car la vraie information est de taille, et est que la courbure de l’espace-temps n’est pas la même pour des photons ayant des fréquences différentes. Ce qu’il faut comprendre c’est que la courbure de l’espace-temps est en réalité un mauvais concept, car d’abord ce n’est pas l’espace qui se courbe mais son contenu d’une part, et d’autre part que même si on ne sait pas définir une masse aux photons, ces photons ont forcément une masse très infime variant avec leur énergie, et ce n’est pas l’énergie qui prend une trajectoire de géodésique, mais la masse insignifiante du photon. On peut donc dire que plus les photons sont énergétiques, et plus ils sont lourds et plus ils sont sujet à des variations de courbure de trajectoire, et inversement les photons de longueur d’onde très grande sont peu énergétiques et de moindre masse, et se courbent moins. Ainsi les ondes radios de très basses fréquences donneraient de vrais résultats encore plus performant que ces ondes centimétriques. Si nous nous représentons sur un trou noir, voyant passer des photons voyageant et tangents au trou noir sur lequel nous sommes, nous verrions des photons très énergétiques ayant des fréquences élevées, prendre des courbures très grandes et qui s’écraseraient sur le trou noir. Les photons de très basses fréquences ne définiraient alors que peu ou pas de courbure et ne seraient pas attirés par le trou noir. Les photons prenant des courbures réelles mais pouvant s’échapper nous donneraient et nous donnent des preuves comme quoi ces objets de trous noirs existent réellement. Le vrai scoop n’est donc pas la photo d’un trou noir, mais de comprendre que les trajectoires des ondes électromagnétiques sont différentes fonction de leur fréquence, car là c’est un vrai SCOOP. Ce qui veut dire que l’on ne trouvera jamais de rayons ultra-violet, comme de rayons X et encore moins de rayons gamma en provenance de trous noirs. Par contre les ondes infra-rouges, comme les micro-ondes, et encore plus bas en fréquence comme les ondes radar et surtout les ondes radios pourront photographier ces trous-noirs.
    ▬Ces phrases sont donc en décalage par rapport à cette vraie information ¦¦
    [La raison provient de la relativité générale d’Einstein. En effet, les masses courbent les trajectoires des photons lumineux. En effet, les masses courbent l’espace-temps et les photons ne se déplacent pas en ligne droite mais le long des lignes de l’espace-temps. Plus une étoile est massive, plus elle courbe l’espace-temps et plus les photons qui passent à proximité sont détournés d’un parcours rectiligne.]
    ▬Ces lignes de l’espace-temps que l’on appelle géodésiques, sont en réalité que dans l’interprétation et des idées fausses, car ces lignes n’existent pas. Prendre la lumière comme référence pour y voir clair, est en fat une erreur, car la lumière à une certaine courbure fonction de masse, mais les autres ondes ont des courbures différentes pour la même masse.
    ▬[On peut cependant se demander si les pontes de la science n’ont pas décidé de donner une publicité exagérée à cette « découverte » dans laquelle on ne découvre rien de spécial en fait, puisqu’on n’apprend rien de particulier sur le trou noir.]
    ▬L’information de photographier un trou noir à partir d’ondes centimétriques semble ridicule, mais à en fait plus d’intérêt que de voir le trou noir lui-même, car faut-il gratter et chercher pourquoi cela a un intérêt. Nous vous dirons cher Monsieur Robert Paris, comme à M. AILLON et aussi à A. LAURIS qui sont les lecteurs ayant donné des commentaires sur ce double article, que l’information est de taille, mais faut-il la comprendre et remettre en cause les acquis de cette science et de ses physiques. Les nouvelles techniques permettent de voir de nouvelles choses, mais la vision réelle est ailleurs et est plus profonde... Spécialement à Monsieur A. LAURIS, et bien si la photo révèle du fondamental qu’on ignorait complètement, car ce n’est pas la photo en elle-même qui donne de l’info, mais c’est le fait d’avoir photographier quelque chose qui donne une information très grande, sans même tenir compte de ce que représente cette photo, et c’est donc par la technologie que l’on permet de comprendre que les photons de fréquences différentes ont des trajectoires différentes. Pour M. AILLON, nous ne pensons pas que c’est la photo du trou noir, qui nous donne des caractéristiques sur l’objet photographié. Les infos de masses, de tailles viennent d’ailleurs.
    ▬Il serait bon de donner un site où cette information de photo de trou noir à été donnée. Merci d’avance.
    ▬Les jumeaux JFP/Jean-François POULIQUEN. Bonnes fêtes de Noël.

    Répondre à ce message

  • Le trou noir remplit-il le vide… scientifique, social ou idéologique actuel ? 23 décembre 2019 20:40, par JFP ou Jean-François POULIQUEN.

    JFP¦¦23122019¦¦Ce qui commande la recherche d’information dans notre cerveau est un trou noir, et il est normal que nous ne le voyons pas, car il est au même titre que les trous noirs astrophysiques que nous ne voyons pas plus avec un éclairage normal que sont les rayions lumineux ne pouvant pas s’échapper de cet objet spécial. Le cerveau est avant tout du stockage d’information que sont les données (neurones), mais le cœur (comme les ordinateurs) qui est en comparaison avec le trou noir, sert à rechercher ces données par le biais des synapses qui sont les liens entre ces données. Ce cœur, ou ce trou noir, ou encore ce moteur est invisible, car il faudrait changer ses lunettes et pouvoir voir sur d’autres fréquences d’ondes pour les trous noirs astrophysiques, où pour le trou noir du cerveau avoir une autre conception d’une décentralisation des données. En réalité ce cœur de cerveau est un vrai trou noir, et n’est pas centralisé, car il se répartit dans tout le cerveau, et dans les deux demies hémisphères et ne correspond pas aux neurones comme aux synapses, car ce sont les algorithmes qui permettent ces recherches de données qui de plus sont floues, car sur un sujet précis, les données ne sont pas centralisées à des endroits précis plutôt que d’autres endroits, et de plus les données sont dupliquées sur les deux demies hémisphères. La recherche de données dans notre cerveau, n’est même pas une vraie recherche comme un ordinateur, car c’est en consultant quelques données, que l’algorithme de recherche se construit, et plus en consultant des données plus on construit l’algorithme de recherche. Ce qui ordonne la recherche de données dans notre cerveau, sont des événements minimes, remis systématiquement en cause au fil du temps qui s’écoule, car on ne recherche pas quelque chose de précis, et on ne trouve pas plus quelque chose de précis, et c’est toujours une interprétation du moment, et suivant les événements qui arrivent, c’est à dire des pistes de recherche. Le moteur ou le cœur de notre cerveau est donc un trou noir, qui ne peut pas être localisé et observé, car il se noie dans deux espaces de données équivalentes, mais avec des parcours différents. À l’inverse d’un trou noir astrophysique qui lui est concentré au maximum et localisé à un endroit précis, le trou noir du cerveau qui est le cœur ou moteur est lui aussi invisible, mais réparti dans l’ensemble des volumes du cerveau. On ne peut donc pas centraliser ce cœur de cerveau commandant les demies hémisphères, car il se cache dans tout le volume du cerveau. Ce qui est curieux, c’est que les extrêmes que sont la concentration sans doute de fausse matière pour le trou noir, et la dilution du moteur de recherche de notre cerveau, rendent donc une fausse vision sans pouvoir être vraiment détectée. C’est assez drôle que des contraires arrivent à la même non visibilité... Pour répondre à votre interrogation, le trou noir du cerveau est une notion qui n’est pas un objet, et donc ne peut être vu, car c’est un mécanisme qui ne peut pas être compris au même titre que la composition d’un trou noir, qui lui portant est un objet.
    ▬Les images peuvent nous apprendre des choses, mais ce qui est remarquable, c’est que sans même voir réellement l’image, et sachant qu’elle puisse exister par des moyens inhabituels, et bien cela nous apprend encore d’avantage. L’information d’image et les tests sont donc à être décortiquer et à être interpréter différemment, car ce n’est pas l’image qui parle vraiment, mais la façon dont elle a pu être crée, et qui remet en cause notre savoir. Cela est même assez fou comme les interprétations de faits peuvent diverger suivant les individus, car pour ce cas précis de trou noir, ce n’est pas l’image qui compte, mais c’est comprendre ce que peut être une image. Si nous n’avons pas d’image avec cette lumière que nous percevons habituellement, et que l’on est une image avec des ondes que nous ne voyons pas, cela veut dire que les ondes que nous ne voyons pas ou plus sont avalées par le trou noir, et que l’image que nous construisons par des ondes que nous ne voyons pas et par informatique, donne non seulement une image, mais donne avant tout, que des ondes s’échappent au environs du trou noir et d’autres qui sont avalées par le trou noir. Comme la lumière habituelle est avalée par cet objet de trou noir, et que d’autres photons que nous ne voyons pas ne sont pas avalés, c’est que les trajectoires sont forcément différentes. On peut donc dire que cela est un vrai SCOOP car on comprend que les courbures géodésiques dont on nous parle, que prennent les photons n’existent pas, mais ne sont que des inventions humaine, car ces courbures de trajectoire dépendent des types de photons par leur fréquence. Parler du cerveau et comment il fonctionne et qui n’est pas le sujet de cet article, revient à dire que nous ne savons pas plus ce qu’est un trou noir même avec photo, pas plus que nous savons sur le parcours des photons de différentes fréquences. Notre savoir actuel est basé sur la vision de la lumière, mais demain il sera autre avec les nouvelles technologies, mais faut-il interpréter les résultats et remettre en cause ce que nous croyons voir ou détecter. Voir ne veut pas dire comprendre, et cet exemple d’article sur l’image de trou noir en est une preuve. Désolé pour vos lecteurs... L’information de nouvelles trouvailles et de nouveaux tests sont à prendre avec délicatesse, sans rejet pour autant de ce qui semble banal, car derrière l’information se cache des concepts que l’on ne voit pas immédiatement. Effectivement l’image réelle et reconstituée par informatique d’un trou noir n’apporte pas grand chose à ce que nous connaissons déjà, mais il y a forcément une remise en cause des courbures de parcours des photons et fonction de leur fréquence. Ces petites choses que sont les photons, ont des grandeurs différentes fonction de leur fréquence, et nous oblige à réviser notre savoir, car d’après ce que nous émettons comme idée par déduction, tous les parcours de photons ne se courbent pas de la même façon à l’approche de masses importantes. Un photon est un objet comme un autre, sauf que sa particularité est de voyager obligatoirement, car un photon n’est jamais au repos, mais ces bosons ne sont pas les seuls objets dans ce cas, car ces neutrinos qui sont des fermions font de même. Pour revenir à ces objets spéciaux que sont les trous noirs, les procédés pouvant créer des photographies de ces trous noirs, nous apprendront sans doute des choses cachées, car derrière les images se cachent sûrement des concepts. Le trou noir du cerveau n’est qu’une image.
    ▬[Le trou noir décrit quoi ? Un état de la matière ? Un état de l’espace-temps ? Un état de l’énergie ? Un état de la science actuelle ? Un état de la société capitaliste ?]
    ▬À ces interrogations, il n’y a pas encore de vraies réponses, car le trou noir reste toujours une vraie interrogation, comme celle du mécanisme du cerveau d’ailleurs, où on ne sait pas comment il fonctionne. Si les lois de la gravité, engendrent ce type d’objet, il n’en reste pas moins que nous ne savons rien sur ces objets, car sont-ils composés toujours d’atomes,ou de particules élémentaires, ou encore de ce qui compose les particules élémentaires Ɂ Pour nous la composition d’un trou noir n’est pas réalisée par des atomes, ni même par les particules élémentaires, mais par ce qui les compose. De cette idée les lois physiques ne correspondent plus à ce que l’on connaît, ainsi même la physique quantique ne rentre pas, car nous sommes à un niveau que nous ne connaissons pas et nous ne savons pas l’imaginer.
    ▬Les jumeaux JFP/Jean-François POULIQUEN.

    Répondre à ce message

  • Sérieux ou imagination type science fiction ?

    Répondre à ce message

  • Le trou noir remplit-il le vide… scientifique, social ou idéologique actuel ? 24 décembre 2019 00:08, par JFP/Jean-François POULIQUEN.

    JFP¦¦23122019¦¦Nos réflexions sur le cerveau sont effectivement du délire complet, mais on a besoin de délirer de temps en temps pour pouvoir aborder des choses plus sérieuses. Ainsi pour le trou noir, nous ne délirons pas du tout, car nous ne savons rien sur ce type d’objet sauf sa capacité à retenir certaines ondes électromagnétiques sans masse théorique. Pour les courbures de trajectoires des photons fonction de leur fréquence, et bien là encore ce n’est pas du délire, mais une vraie réflexion qui coule de source, car si on arrive à faire des photographies assistées par informatique via des photons ayant une fréquence s’approchant du centimétrique, donc invisible pour nous, cela veut bien dire que les courbures du trajet des photons sont fonction des masses d’approche, mais aussi de leur fréquence. Ceci veut dire que des photons partant d’un même endroit et allant dans une même direction n’auront pas forcément les mêmes trajectoires si ils approchent des masses importantes, et si ils ont des fréquences différentes.
    ▬Un certain physicien qui n’est plus de ce monde, disait que les trous noirs pouvaient s’évaporer, mais pour que ces équations fonctionnent, il faudrait que les particules élémentaires soient vraies, composant les trous noirs. Nous ne croyons pas que la constitution des trous noirs soit réalisée par des particules élémentaires et encore moins des atomes. Les particules virtuelles de la quantique n’entrent pas plus dans la conception de ces trous noirs, car ce qui compose un trou noir est encore d’un niveau d’imbrication inférieur à ces particules réelles élémentaires comme encore à ces particules virtuelles. Parler de spin de trou noir est alors assez délirant, car on invente des types de trou noir, qui ne sont que des spéculations. Et nos réflexions n’ont rien de science fiction et ne sont pas des délires, mais c’est plutôt ces chercheurs qui eux délirent complètement en donnant des types différents de trou noir fonction de leur masse et de spin.
    ▬Les jumeaux JFP/Jean-François POULIQUEN.

    Répondre à ce message

  • Le trou noir remplit-il le vide… scientifique, social ou idéologique actuel ? 27 décembre 2019 23:18, par JFP/Jean-François POULIQUEN.

    JFP¦¦27122019¦¦Pour reprendre le vrai sujet de l’article qui est [Le trou noir remplit-il le vide… scientifique, social ou idéologique actuel ?], et bien dans le domaine de l’astrophysique, donc scientifique, le trou noir exclus justement tout vide de l’espace. Cet objet rejette donc ce vide qui est soit disant plein de particules virtuelles, mais si il rejette le vide, il garde pour autant les particules virtuelles. Ainsi même si il existe des micros-espaces de vide dans cet objet de trou noir, ces micros-espaces sont sans particule virtuelle, et donc correspondent à ce que l’on pourrait appeler le néant. Les lois, principes et théories générales de la micro-physique ne sont pas à prendre en compte pour décrire ce que peut être la consistance du trou noir, et il en va de même pour les particules virtuelles qui ne rentrent pas dans vraiment ans cet objet spécial, car ces particules virtuelles sont démunies de leur énergie, et de plus décomposées en éléments de niveau inférieur. Par ce principe que nous émettons, où il n’y a plus de vide plein du quantique dans les trous noirs, le temps étant associé à l’espace, ce même temps se trouve donc totalement absent dans les trous noirs. Cela remet donc en cause certaines théories comme la théorie des boucles essayant de faire un pont entre la relativité générale de Einstein et cette physique quantique en utilisant les valeurs de Planck, et où l’espace est granulaire, mais où le grain ou boucle grossit fonction des masses importantes. Cette théorie des boucles est une belle théorie, mais elle est pour nous qu’une représentation à très petite échelle de la gravitation. Au lieu de voir des images et des représentations de la gravitation via de draps élastiques déformés par le poids de masse d’objet, la représentation de la gravitation par cette théorie des boucles, permet de mieux comprendre ce que peut être une déformation de l’Espace-Temps. Le grain qui est la boucle, et se déforme par homothétie, grandissant si ces grains ou boucles sont proche d’objets massifs, et antinaturelle, plus l’objet est massif plus les boucles grossissent. Ces grains ou boucles ne sont pas qu’à l’extérieur des objets massifs, mais prennent corps avec les objets eux-mêmes. Le grain ou la boucle définissent la longueur de Planck comme aussi le temps de Planck, indépendamment du grossissement de boucles ou grains. Dans ce principe de la théorie des boucles, tous volumes d’espace possèdent forcément un temps, car ces boucles ou grains remplissent l’espace, et les objets posés dans cet espace, font grossir les grains externes à l’objet comme les grains inclus dans l’objet. Ce qui fait que tous les objets possèdent forcément un temps qui leur est propre.
    ▬Pour nous le trou noir est un objet très spécial, car non constitué d’atomes ni même de particules élémentaires aussi bien réelles que virtuelles. Le trou noir est donc un objet complément à part, ne pouvant pas se comprendre physiquement, car sa consistance n’est plus les particules réelles ou virtuelles mais les entités formant ces particules élémentaires réelles comme virtuelles. Le trou noir pourrait être dans un anti-monde, car l’anti-trou noir n’existe pas. Au niveau de la charge d’un trou noir, et bien il est neutre, car les charges positive et négative s’additionnent le rendant neutre comme peut l’être le neutron. Si on prend un atome quelconque, la charge résultante est aussi neutre, car à un proton correspond toujours un électron. Le trou noir est donc équilibré en charge et est comme ces particules virtuelles du quantiques aussi bien de charge positive comme de charge négative, ce qui fait que l’espace est neutre comme le trou noir. Le trou noir de l’astrophysique ne rempli pas l’espace, car justement il rejette l’espace vide, mais prend l’espace plein, c’est à dire, avale les particules visuelles proches mais ne prend pas l’espace vide de ces particules virtuelles. ▬Pour nous les différents types de trous noirs, sont donc des inventions humaines, car petit comme gros, ces objets ont la même structure interne, et leur centre n’est pas une singularité gravitationnelles, car les trous noirs n’ont pas de cœur, ce qui diffère de tous les autres astres. De dire que le trou noir avale des étoiles à sa portée, est aussi faux, car rien ne rentre dans un trou noir, car la matière est décomposée en atomes puis en particules élémentaires et ces dernières sont encore décomposées en entités que l’on ne connaît pas et ces particules inconnues ou de base viennent sur la surface du trou noir, mis n rentrent pas dans le trou noir.
    ▬Ceci est un autre principe pour dire que les particules élémentaire ne sont pas élémentaires, mais constituées par des particules inconnues. Ces entités de base viennent donc faire grossir le trou noir, mais elles se répartissent sur sa surface, et jamais ne rentrent dans cet objet du trou noir. Donc un trou noir est constitués par strates, mais il n’y a pas vraiment de couche, car au centre ou proche de sa surface, la densité est la même, et la signature des particules élémentaires est perdue à jamais car le trou noir se nourri de la décomposition des particules élémentaire réelles comme virtuelles. Il faut donc voir ces objets comme quelque chose que l’on ne peut pas comparer avec d’autres types d’objets, car atomes, particules élémentaires réelles ou virtuelles ne constituent pas cet objet spécial hors du temps, car justement le temps interne de l’objet n’existe pas, il est totalement absent, et ceci veut dire que la théorie des boucles ne fonctionne pas avec nos principes, même si une seule boucle incluait un trou noir. Dire que le trou noir est éternel, est aussi faux, car sans se diluer ou s"évaporer partiellement comme ce qui à été dit par un certain physicien disparu. le trou noir finira par se dissoudre, mais expliquer plus serait pris pour de la science fiction.
    ▬Tous les objets que l’on rencontre dans l’espace, sont tous constitués d’atomes, et le nombre de ces différents objets est assez limité, car étoiles, quasars, planètes, satellites naturels et enfin poussières interstellaires. Mais la variété des objets tient en réalité à des masses différentes de ces objets, et seul le trou noir est à part, même si ce dernier peut avoir aussi des variations de masses différentes. Tous les objets de l’espace changent leur structure interne fonction de ces masses, mais le trou noir fait exception, car petit ou gigantesque en masse, la structure du trou reste identique. Le trou noir reste donc un objet à part, car il n’y a pas d’anti-trou-noir pour la simple raison qu’il n’est pas constitué d’atomes. ▬Essayer de définir des types différents de trous noirs, nous semble mal venu, car c’est le seul objet restant structuré de la même façon indépendamment des masses différentes. Trous noirs super-massifs ou trous noirs galactique, trous noirs stellaires, ou autres types de trous noirs, ne nous donne que des emplacements par rapport à une galaxie, mais rien d’autres. On nous dit qu’il y a 3 paramètres associés aux trous noirs, qui sont ¦¦ la masse, la charge électrique et le moment cinétique, mais pour nous, la charge n’est pas un vrai paramètre, car tous les trous noirs ont la même charge, qui est une charge neutre et plus exactement équilibrée, c’est à dire autant de charge négative que de charge positive. Nous resteront sur les définition de trou noir de Schwarzschild, qui sont les premières définitions de ces objets. Les trous noirs de REISSNER-NORDSTRÖM ayant une charge non nulle et un moment cinétique nul, sont pour nous des inventions ne pouvant exister, car simplement les charges au niveau atome et en macroscopique sont toujours neutre, c’est à dire autant de charge plus que de charge moins, et ce qui rempli l’espace est de même.
    ▬Un trou noir n’est évidemment pas un trou, mais une sphère la plus lisse de ce qui peut exister. La raison est que sa constitution est de la poudre de particules élémentaires réelles ou virtuelles, et donc que le grain et pratiquement inexistant. La surface du trou noir est donc ce qu’il y a de plus lisse dans l’Univers, car l’atome comme les particules élémentaires n’entrent pas dans cet objet. Pour beaucoup de physiciens, le trou noir est pris comme singularité où toute la masse de cet objet est concentré en un point, mais dans cette définition le trou possède quand même un rayon qui est dit horizon des événements. Cette définition est complément fausse, car le trou noir est une vraie sphère, et donc avec des limites très claires et franches comme les autres astres, et ceci est d’autant plus net, que le grain est ce qu’il y a de plus petit, et que de plus le trou noir n’est pas un gaz où les frontières seraient floues. Le trou noir n’est ni un solide, ni un gaz, ni un liquide, mais quelque chose que l’on ne sait pas définir, et pour cause, car sa substance n’est pas constituée d’atomes.
    ▬Pour les trous noirs ayant un mouvement cinétique, c’est à dire une rotation sur eux-mêmes,, il est dit que cette rotation entraîne l’espace dans son mouvement, car le disque d"accrétion que le trou noir possède, quand il dévore des étoiles, se voit comme une spirale autour du trou noir. Nous ne croyons absolument pas à ces définitions, car déjà ce disque n’en est pas un, mais une couronne de sphère. On voit souvent ce type d’image où un trou noir happe une étoile, et où celle-ci se décompose laissant partir son gaz allant vers le trou noir et formant une spirale. Cette représentation est fausse, car si le trou devrait prendre de la matière pour grossir, son grossissement ne serait pas uniforme, et ce trou deviendrait un disque, car les atomes décomposés absorbés seraient toujours pris par l’équateur du trou noir, et deviendrait un disque sans pole. L’imaginaire des scientifiques est grande mais complètement fausse. La courbure de l’espace-temps crée par le trou noir, est la même au centre du trou noir que sur sa surface. On se demande pourquoi dire que la singularité gravitationnelle du trou noir, se trouve au centre de celui-ci, car le trou noir est lui même un objet singulier et dans sa totalité sans parler précisément de son centre. Dans un trou noir, le temps n’existe simplement plus, car l’espace traditionnel n’y figure plus, car c’est l’espace et son contenu qui définissent le temps.
    ▬Maintenant que vient faire le trou noir remplissant le vide social ou idéologique actuel ? Nous pensons que cela est du même ordre que le trou noir du cerveau. Mais nous ne comprenons pas tout... En tous cas la relativité générale nous a permis de concevoir cet objet de trou noir, mais à l’heure actuelle nous ne savons toujours pas ce qu’est cet objet. Il en va de même pour les ondes gravitationnelles, où on arrive maintenant à les traquer, mais sait-on ce qu’elles sont Ɂ Mais la drôlerie va encore plus, car on sait construire des appareils émettant des ondes électromagnétiques, comme nous savons aussi créer des appareils qui détectent ces ondes, mais sait-on vraiment ce que sont ces ondes Ɂ Pourtant nous sommes envahit par ces ondes nouvelles qui n’existaient pas il y a 100 ans. La force de l’être humain est d’utiliser et manipuler des notions sans même savoir ce qu’elles sont. Nous, nous devons être des animaux, car nous refusons ces singularité gravitationnelle et cosmologique, car ce ne sont que des mots mis sur des points d’interrogations.
    ▬Les jumeaux JFP/Jean-François POULIQUEN.

    Répondre à ce message

  • Trous noirs, moins on en sait, plus on bavarde...

    Répondre à ce message

  • Le trou noir remplit-il le vide… scientifique, social ou idéologique actuel ? 30 décembre 2019 10:22, par JFP/Jean-François POULIQUEN.

    JFP¦¦30122019¦¦Votre retour sur les petits trous de GAINSBOURG faisant allusion aux trous noirs est très drôle, et la drôlerie qui est de l’humour et est un bien fait pour l’humanité, car il faut rire presque de tout et même pour ces sciences. Il est vrai que l’on a épiloguer sur des choses que l’on cannait peu ou mal, mais qui connaît ce que sont ces trous noirs Ɂ C’est justement parce que l’on ne connaît peu et que personne ne connaît bien, qu’il faille justement épiloguer sur ces objets, et donc de donner sa version et ces réflexions, sans tout donner d’ailleurs, plutôt que de prendre les versions d’autres personnes qui ne sont pas plus vraies et valides que ce qui vous semble sans doute comme des élucubrations de notre part. En tous cas les évaporations des trous noirs de ce Monsieur Stephen Hawking sont aussi des inventions considérant que les particules élémentaires réelles et virtuelles sont toujours existantes proche et dans ces trous noirs, ce qui n’est absolument pas prouvé. Il en va aussi sur les températures de ces trous dont on a pas parler, et on se demande pourquoi, les petits trous noirs seraient plus chaud de quelques dixièmes de kelvin que les trous noirs gigantesques galactiques. Jouer sur les masses différentes de ces trous noirs n’a aucun sens, si la structure interne de ces trous noirs est la même. Donc si la structure de petits ou grands trous noirs est la même, la température l’est aussi. Ces trous noirs ne sont plus de la matière ordinaire que l’on connaît, mais justement autre chose, qui n’est pas non plus une soupe concentrée d’atomes ou de particules élémentaires à la plus basse température. D’avoir des réflexions contraires liées à ces fausses images de disque d’accrétion de trous noirs, sont de vraies réflexions, car si un trou noir à une vraie rotation, on peut se demander pourquoi cela formerait un disque au niveau de son équateur. Reproduire saturne et ses anneaux avec des masses des milliards de fois plus grandes est sans rapport. La terre tourne d’est en ouest, et pourtant les vents sur la France viennent en générale de l’ouest. Donc de dire que la terre entraîne les vents serait plus de dire que les vents entraînent la terre. Et pour retomber sur le trou noir, ce dernier n’entraîne rien, mais c’est le mouvement initial de la formation du trou noir et des poussières qui ont pris une rotation, mais ce n’est pas pas le trou noir qui entraîne l’espace. Un nuage interstellaire qui se compacte pour donner naissance à quelque chose, ne se réduit pas par homothétie, mais donnera naissance à un tourbillon, et donc à un sens de rotation quelconque. Si le centre devient un trou noir, alors il prendra la rotation du tourbillon initial dont il est issu. Après ce n’est pas le trou noir qui entraînera l’espace par sa rotation, car on n’entraîne pas l’espace. D’ailleurs si la plus part des galaxies sont plus ou moins plates, c’est la cause de ce tourbillon initial dont elles sont issues.
    ▬Oui Monsieur Paris, moins on en sait plus on en discute, du moins on en parle, et c’est la normal des choses, car pourquoi discuter sur des choses où tout est déjà réglé et établi où il n’y a rien à redire ‼‼ Il suffit pour cela de voir la quantité de vos articles et le grand volume que cela représente, sur les religions, auxquelles vous ne croyez pas d’ailleurs, pour constater que l’inconnu fait obligatoirement discuter, et de donner aussi ses propres points de vues... ▬Vous¦¦[Trous noirs, moins on en sait, plus on bavarde...], et bien oui cela me parait évident de parler et de donner des arguments sur ce que disent certains scientifiques de ces objets de trous noirs, car il faut en prendre, mais aussi en laisser plus que l’on croit. Vous vous n’êtes pas trop embarquer à parler de ces objets spéciaux, car ils sont à l’opposé de ces particules virtuelles que vous affectionnez. Pourtant ces extrêmes ne sont pas si lointaines l’une e l’autre.
    ▬Vous¦¦[D’autre part, il ne faut pas croire que ce soit une information réellement étonnante : les scientifiques ont d’autres preuves depuis belle lurette de l’existence réelle des trous noirs.]. Pour appuyer notre désaccord total avec vous, cette photo de trou noir, est une information gigantesque, car ce n’est la photo qui compte, mais c’est d’avoir constater que l’on peut prendre des photos avec des photons autres que la lumière visible, et que ces photons non visibles n’ont pas les mêmes trajectoires que les photons lumineux. Donc la déformation de l’espace-temps homogène ne veut pas dire grand chose, car chaque objet déforme et subit une déformation de l’espace-temps fonction des masses et surtout de sa propre masse. Nous ne savons pas vraiment si votre retour avec les petits trous de GAINSBOURG est de la moquerie, ou autre chose comme de l’humour, mais il est préférable dans tous les cas de sourire, et même de rire.
    ▬Les jumeaux JFP/Jean-François POULIQUEN. Bonne fêtes de fin d’année et de la nouvelle.

    Répondre à ce message

  • Merci de votre humour, les jumeaux tout en un !

    Répondre à ce message

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0